Lyme le conquérant.

Bory est un mutant, un descendant qui a subi une transformation profonde et durable par rapport à ses origines. Il cherche résolument à s’installer quelque part. Actuellement il voyage dans une capsule de type Ixodida[1]. Celle-ci va probablement s’amarrer à une cité ou une planète quelconque. Dès son arrivée Bory explorera l’environnement et choisira un endroit à conquérir pour s’y poser.

Jim est un terrien. Un sportif, plutôt musclé, un aventurier. On lui dit souvent qu’il a des traits de Kevin Costner. Cela le fait rire, mais il en tire une certaine fierté. Marié, deux enfants, Jim est un ancien cavalier, un cycliste, un navigateur, un marcheur et surtout un campeur sauvage. Il a arpenté une grande partie des paysages ruraux, ceux même caractérisés par des champs non clôturés entrecoupés d’espaces boisés ou marécageux. Il aime cela, c’est son ‘kif’ comme il dit.

Jim prépare un périple en vélo, cette année il a décidé de faire Strasbourg Prague avec son filleul. La moyenne quotidienne sera de 80 km. La distance étant de 700 km la durée prévue est de 10 jours. Dix jours et dix nuits pour récupérer. Le sommeil réparateur s’effectuera dans les zones forestières et nos deux bourlingueurs dormiront dans un hamac autour d’un honorable feu de bois. Aujourd’hui, c’est le dernier jour d’entrainement et ensuite il faudra préparer les bagages, le sac de couchage, la popote et tout ce qui s’en suit. Demain matin à 7h30 ils seront dans le train pour la capitale alsacienne.

Arrivés à Strasbourg, les deux aventuriers sont fin prêts, les vélos sont chargés comme des mulets et c’est le coup de pédale du grand jour. Cette première journée ensoleillée se déroul
e comme prévu, un léger pique-nique le midi et en fin d’étape c’est autour d’un feu de bois pétillant, qu’assis dans leurs hamacs Jim et son filleul dinent agacés par les moustiques qui s’invitent avec insistance. Le lendemain matin, comme les jours suivants, le rituel : petit-déj, rassemblement des affaires sèches ou encore humides, sac de couchage sont pliés dans les sacoches, un brin de toilette et c’est parti.

Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine que les cyclistes roulent et ils tiennent leur moyenne. Ce soir ils vont s’offrir le luxe et dormir dans une auberge en République tchèque. L’hôtel est miteux, l’apparence est pitoyable, toutefois les logeurs sont très accueillants. Nos deux aventuriers en profitent pour prendre un bon bain, un repas copieux et surtout une vraie nuit dans un vrai lit.

Jim sort de la douche et remarque une auréole rouge à l’arrière de son bras droit. Ce cercle parfait avec en son centre un point rouge correspond à l’endroit exact où il y a trois jours il a arraché une tique. Il passe alors vigoureusement un coton alcoolisé pour désinfecter ce petit bobo indolore et rejoint son lit bie
n douillet.

Aujourd’hui Bory a enfin trouvé un corps terrestre de volume assez important dépendant du système solaire. C’est exactement là que la capsule a programmé son appareillage. L’impact a été tel que Bory a été éjecté et propulsé dans une matière stable de consistance, plutôt humide et couverte de liquide rouge. La température est
convenablement chaude, elle oscille entre 37 et 38° Celsius.  Lorsque Bory s’est remis de son choc, il a observé la capsule qui prélevait des échantillons avant de quitter assez rapidement son hôte. C’est par le surpoids que la capsule remplie de sa ponction se décrochera se séparant à tout jamais de Bory. Ensuite il a examiné le biotope de son nouveau lieu d’habitation. Visiblement les conditions climatiques semblent constantes et favorables aux espèces de son genre. Tel un colonisateur, Bory va maintenant se protéger et délimiter son territoire. Il va répandre une substance empoisonnée empêchant ainsi toute intrusion en traçant un cercle parfait sur un périmètre très large autour du lieu de l’impact que la navette vient de quitter. Au fur et à mesure de son avancement, il va systématiquement faire couler cette matière ayant des propriétés particulières capables de détruire ou d’altérer gravement les fonctions vitales d’un organisme qui pourrait l’agresser ou lui faire du mal. C’est ainsi. Bory est maintenant un conquérant et il compte bien prendre ses aises sans se préoccuper du mal et de la destruction collatérale qu’il va produire.

En fait, nous l’avons tous compris, Bory est une Borrélie, c’est la bactérie responsable de l’infection de la maladie de Lyme. Cette altération de la santé, évolue lentement pendant de nombreuses années. Son développement s’effectue en trois stades entrecoupés de périodes de latence. Le premier stade, c’est ce cercle parfait avec en son centre un point rouge. Si Bory n’est pas anéantit à grand renfort d’antibiotiques dès ce stade initial, il peut à terme directement ou indirectement affecter la plupart des organes humains. S’en suit le second stade, qui après une éventuelle phase dormante se singularisera par des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires de manière aiguë et/ou chronique.  Les effets sont différents selon les victimes de la Borréliose mais peuvent finalement conduire à des handicaps physiques et mentaux c’est le troisième stade.

Jim en est actuellement au stade deux. Il a mal à sa musculature comme il dit. Il n’a aucune force. La souffrance qu’il ressent est identique à une lourdeur des membres, il pense que ses muscles sont tétanisés. Son médecin lui diagnostique une douleur généralisée des tissus musculaires sous le nom savant de fibromyalgie. Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe, ou des rhumatismes ou encore au paludisme. Rien ne le soulage sauf peut-être certains anti-inflammatoires. Les neurologues, les spécialistes de causes infectieuses, les prises de sang, même le test Élisa[2] censé révéler la présence de borréliose donne un résultat négatif. Les examens en imagerie par résonances magnétiques se succèdent et aucun scientifique ne met l’axiome sur la probabilité des conséquences d’une morsure de tique.

Jim ne trouve pas le moindre apaisement. Aucune amélioration. Son moral commence à baisser. Il continue à chercher. Jusqu’au jour où il entend parler de la maladie de Lyme. Jim demande de nouveau à son médecin traitant un dépistage Lyme en modifiant l’ordonnance imposant un test Western Blot (W.B) qui n’est pas remboursé en France. Celui-ci s’exécute. Plus efficace, le résultat du W.B est positif. Il entre alors en contact avec d’autres hommes, femmes et enfants infectés par la Borrélie. Il rencontre dès lors une incroyable et inquiétante quantité d’individus contaminés. Tous connaissent des symptômes identiques et tous connaissent quelqu’un qui connaît quelqu’un qui vit le même calvaire.

C’est à croire que nous sommes face à une épidémie qui atteint les populations d’une zone très étendue. Présente dans 65 pays, elle est devenue la plus fréquente de toutes les maladies vectorielles transmises à l’homme. Elle est la 7e maladie la plus déclarée aux États-Unis. Il est probable que la planète entière soit envenimée. Ne serait-ce pas la pandémie du vingt et unième siècle ? Si c’est le cas, la science ne dispose pas des ressources nécessaires pour affronter cette situation. Les vrais médecins spécialistes de la maladie de Lyme se comptent sur les doigts de la main. Les faux : il y en a déjà trop, tels des vautours, ils tournent autour des proies promettant une guérison contre bonne fortune. D’une manière manifeste, on ne meurt pas de la maladie de Lyme, mais on n’en guérit pas non plus. Borry est installé, il est chez lui et c’est lui qui jette son dévolu sur son hôte. Il est bien plus rapide et mobile que les globules blancs macrophages qui lui font la chasse. Il faut l’admettre, c’est lui le plus fort. Il est trop tard, il aurait fallu réduire la Borréliose à néant à grand renfort d’antibio dès la morsure.

Qu’avons-nous comme recul? Combien existe-t-il de souches de borrelia? Les Borrelia sont des parasites qui utilisent des arthropodes comme vecteurs, mais y a-t-il que les tiques, non, on parle de poux, et quoi encore? Les animaux domestiques sont souvent infestés, mais les Borrélies qui peuplent les bovins, caprins, équins et autre gibier propagent-ils ce virus jusque dans nos assiettes? Pis encore, est-il possible de transmettre la maladie de Lyme par voie sexuelle, où de manière congénitale? Thierry K. est un de ceux qui prétendent que la maladie est communicable lors d’une relation sexuelle. Quant à son fils, il est la preuve que la Borréliose est transmissibles aux enfants. L’association « Le Droit de Guérir » lance une campagne pour dénoncer l’inefficacité des tests censés détecter la maladie de Lyme. En effet, Matthias Lacoste, président de cette association indique que lorsque vous allez vous présenter pour donner votre sang il n’y a aucune question qui fait référence à une piqûre de tique. Quand bien même, une fois que vous aurez donné votre sang, est-ce qu’un dépistage sera effectué sur ce type d’agent pathogène? Qui peut répondre à ces multiples questions.

Un certain nombre d’associations ont vu le jour : Le Droit de Guérir, France Lyme, Lyme Sans Frontières, Lympact : prévention et action contre les maladies vectorielles à tiques, RBLF Réseau sur la Borréliose de Lyme en France pour ne citer que les plus connues. Les émissions de télé ou les diffusion radio sont récurrentes, les invités, souvent les mêmes tirent le signal d’alarme. Le professeur Christian Perronne, chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, et codirecteur d’un groupe de travail sur la vaccination à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est un des seuls médecins hospitaliers en France à dénoncer depuis plusieurs années l’absence de reconnaissance de la maladie de Lyme chronique.

Malheureusement Bory conquière toujours et encore. Les associations, les médecins, les laboratoires et notre ministre de la santé, s’ils unissent leurs forces vont peut-être aboutir et faire le nécessaire pour que la France revoie sa manière d’appréhender cette pathologie.

[1] Les Ixodida appelées couramment tiques.

[2] Une étude récemment conduite aux Etats-Unis a montré que le test ELISA ne permettait même pas d’identifier un quart des cas de maladie de Lyme ! « En outre, ces tests ne détectent que 3 souches de Borrelia dont une américaine pas fréquente en Europe ».

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *